Retraite spirituelle des prêtres et diacres du diocèse de Saint-Flour

20 – 25 juin 2022 : La POMAREDE – Retraite spirituelle des prêtres et des diacres du diocèse de Saint                                                                      Flour

C’est sur le thème « La Synodalité,  un chemin de conversion pour un nouvel élan »  que Sœur Nathalie BECQUART, Sous-Secrétaire générale du Synode pour l’Eglise Universelle a accompagné la trentaine de prêtres , trois diacres permanents du diocèse  rassemblé autour de  Mgr Didier NOBLOT.

Chaque journée a été vécue sous le regard du Seigneur avec l’Office des laudes, l’Eucharistie, les Vêpres , les Complies et avec tous les temps de silence, de méditation de prière que chacun a pu prendre personnellement, avec la possibilité  de rencontrer  Sœur Nathalie et de vivre le sacrement de réconciliation  avec le Père André.

Les enseignements de Sœur Nathalie BECQUART ont été une invitation à nous mettre à l’écoute de l’Esprit Saint avec la Parole de Dieu pour poursuivre  cette démarche de la Synodalité qui est « la manière d’être de l’Eglise aujourd’hui selon la volonté de Dieu ». « La synodalité c’est la « vocation » de l’Eglise pour le 3ème millénaire.

Plusieurs portes d’entrée  ont été honorées pour vivre ce temps de retraite : « Cheminer avec des frères et soeurs » – « Faire relecture : Pars d’où tu es, sinon tu n’arriveras nulle part (Saint François de Sales)  ‘ « Rencontrer, Ecouter, Dialoguer » – « Traverser » – « Envoyés pour faire vivre ».

Cette expérience de la synodalité  s’est articulée autour de 3 temps : Vivre un chemin de conversion et de transformation – prendre le chemin de la kénose ( labaissement et  service) – prendre le chemin le chemin de la réconciliation.

C’est une retraite particulièrement riche qui a été vécue.

Et c’est surtout une grande fraternité pour tous qui s’est enrichie au cours de ces cinq jours….. la prise en charge de la liturgie  par chaque Doyenné à tour de rôle  est une belle expérience qu’il conviendra de reconduire.

La rencontre « Conversation spirituelle » en petite fraternité de 17 h 30 à 18 h 30 a certainement permis à chacun de s’exprimer sur sa vocation de prêtre et de disciple missionnaire….. bon temps de relecture pastorale pour chacun …. Soutien et encouragements pour poursuivre dans les missions qui sont confiées à chacun …. C’est aussi une expérience qu’il conviendrait de reconduire tout au long de l’année pastorale.

Merci à Sœur Nathalie BECQUART pour le partage de la  richesse vécue dans cette démarche universelle du Synode. Merci  au Père Henri CALDELARI et à toute son équipe pour l’accueil toujours aussi chaleureux.

                        Michel MALVEZIN                                                                                                                                                        Secrétaire Général du Conseil Presbytéral

Nominations 2022 dans le diocèse de Saint Flour

La vie dans notre diocèse :   Nominations des prêtres

La nomination de prêtres : une démarche spirituelle, pastorale et vocationnelle

La mission d’évêque est vaste. L’une de ses responsabilités est la nomination des prêtres. Ce pourrait être perçu comme une action de management et d’organisation des ressources presbytérales. Je fais l’expérience qu’il n’en est rien. Dès mes premières rencontres avec les prêtres, j’ai très vite perçu que cet aspect de la mission de gouvernement serait pour moi une démarche spirituelle, pastorale et vocationnelle. Je tenais à le partager avec l’ensemble du diocèse. 

Une démarche spirituelle

La vie de tout baptisé est appelée à devenir une vie donnée. Par leur ordination, les prêtres de notre diocèse ont choisi d’offrir leur vie pour le service de l’Evangile sur notre terre du Cantal. Une nomination engage la vie d’un homme, ses espoirs et ses attentes. Elle doit lui permettre de déployer son sens pastoral. Au moment de réfléchir aux nominations, deux attitudes me marquent, l’humilité et le service. En effet, ce qui sera proposé est-il suffisamment respectueux de l’histoire personnelle de chacun ? Ainsi une foultitude de questions a habité ma prière. Personnellement où en suis-je de ma disponibilité et de mon obéissance à l’Eglise ? Comment dire ce que je souhaite ? Comment accueillir une parole qui me demande un pas de côté ? Pourquoi accepter la mission confiée par l’Eglise ? Le texte de la Bible qui m’a rejoint dans cette étape est le passage du lavement des pieds (Jn 13, 1-20). Jésus se fait serviteur et choisit l’abaissement, préfigurant ainsi par quelle mort il allait donner sa vie. 

Cela dit, porter la responsabilité des nominations ne veut pas dire le faire seul ! Le discernement s’est fait avec les différents baptisés, prêtres et laïcs des Conseils du diocèse.

Une démarche pastorale

La figure géométrique du triangle a permis de partager aux prêtres et à plusieurs chrétiens un principe de base. Pour envisager une nouvelle nomination de prêtre, il s’agit d’entendre les besoins pastoraux des paroisses et des mouvements et services du diocèse. Durant plusieurs rencontres, nous avons mis à jour les points forts et les défis qui seraient à relever. Ensuite nous avons dû regarder comment le charisme d’un prêtre peut les honorer tout en ne quittant pas le fait qu’une nomination, autant que faire se peut, doit être source de bonheur pour celui qui la reçoit. Ce triangle vertueux convient assez largement pour tout appel.  

Parallèlement, il fut demandé à chaque prêtre qui le souhaitait d’exprimer auprès de l’évêque ou du vicaire général des attentes, des projets et des demandes particulières de changement ou de maintien dans un lieu ou un service. Cela a donné lieu à plus de 10 rencontres entre prêtre et évêque. A ce point de la réflexion, l’évangile de la multiplication des pains où Jésus demande « donnez-leur vous-même à manger » (Mt 14, 13-33) a été pour moi très stimulant.

Une démarche vocationnelle

Après le différents ajustements, discussions et confrontations au sein des Conseils, j’ai pu rencontrer les prêtres un à un, parfois autour d’un repas à l’évêché. J’ai été ému par la disponibilité des prêtres à recevoir un nouvel appel. Avec chacun d’eux, j’ai pu exprimer pourquoi il lui était proposé cette nouvelle mission dans ce lieu précis. Tout cela au regard des défis identifiés et des charismes du prêtre. Le chapitre 6 du livre des Actes des apôtres a traversé souvent mon oraison. Dans cet épisode, en assemblée, les apôtres doivent choisir de nouveaux collaborateurs. (Ac 6,1-7)

Je suis témoin qu’en acceptant une nouvelle mission, les prêtres répondent à un appel. Devant les propositions, certains ont demandé un délai, d’autres ont littéralement sauté de joie, d’autres encore ont pu être, dans un premier temps, déçus. Mais tous ont manifesté beaucoup de sérieux et de disponibilité pour le service de l’annonce de la joie de l’Evangile. L’étape qui va suivre sera les rencontres locales entre le vicaire général et les responsables des paroisses et des mouvements et services qui vont recevoir un nouveau pasteur. Il s’agit d’associer les paroissiens à l’accueil de leur nouveau curé.

Des prêtres ont demandé ou accepté de poursuivre leur service dans les paroisses et les responsabilités qu’ils occupent aujourd’hui. C’est pourquoi on ne les retrouve pas dans cette liste. Mais plusieurs sont envoyés pour de nouvelles missions. Voici ces nominations ; d’autres concernant les Mouvements et les Services seront publiées dans un second temps. 

* * *

– Le Père Karl-Emmanuel BENOIST, frère de la communauté saint Jean : prêtre in solidum du doyenné de Saint-Flour, spécialement chargé de la paroisse Notre Dame de Haute Auvergne (Murat)

– Monsieur le Chanoine Henri BOUSQUET : prêtre in solidum du doyenné d’Aurillac, spécialement chargé de la paroisse Saint Jacques Berthieu en Carladès (Vic-sur-Cère)

– Monsieur le Chanoine Philippe BOYER : prêtre in solidum du doyenné d’Aurillac, spécialement chargé de la paroisse saint Géraud d’Aurillac

– Monsieur l’Abbé Jean-Louis DUPRÉ : vicaire à la paroisse saint Géraud d’Aurillac

– Monsieur le Chanoine Philippe DUPUY, chancelier diocésain, devient aussi vicaire à la paroisse saint Géraud Aurillac.

– Monsieur l’Abbé Tomasz RAFALAK, prêtre fidei donum du diocèse polonais de Gliwice : prêtre in solidum du doyenné de Saint-Flour, spécialement chargé de la paroisse Saint Mary de Haute Auvergne (Massiac)

– Monsieur l’Abbé Emmanuel LAPORTE : prêtre in solidum du doyenné de Saint-Flour, spécialement chargé de la paroisse de Saint Flour en Planèze

– Monsieur l’Abbé Basile OUEDRAOGO : aumônier du monastère de la Visitation de Saint-Flour et vicaire à la paroisse de Saint-Flour en Planèze

-Monsieur l’Abbé Pascal POIRIER : prêtre accompagnateur des aumôneries des hôpitaux d’Aurillac et du service diocésain de la pastorale de la santé. Il devient aussi prêtre in solidum du doyenné d’Aurillac, spécialement chargé de la paroisse saint Jean Marie Vianney en vallée de la Jordanne

– Monsieur l’Abbé Jean-Odiam RABEFENOSOA : vicaire à la paroisse de Saint Flour en Planèze

Monsieur l’Abbé Thierry SELVES : prêtre in solidum du doyenné de Mauriac, spécialement chargé de la paroisse Notre Dame des Miracles (Mauriac)

– Monsieur l’Abbé Paul de TINGUY : vicaire à la paroisse Saint Géraud d’Aurillac 

– Monsieur Guillaume Desachy, séminariste de notre diocèse, est envoyé à la paroisse de Saint Flour en Planèze pour vivre son stage pastoral inter cycle d’une année.

* * *

– Le Père Marie-Thomas BERTAUD du CHAZAUD, à la suite de l’anniversaire de ses 76 ans, reçoit dans son ordre une nouvelle affectation.

– Monsieur l’Abbé François KABASELE, à la suite de l’anniversaire de ses 75 ans, rentre dans son diocèse en République Démocratique du Congo.

– Monsieur l’Abbé Jacques MAJDAN, à sa demande, rejoint la mission polonaise en région parisienne.

* * *

Nous les remercions vivement pour ces années au service de l’Eglise dans le Cantal.

Toutes ces nouvelles nominations prennent effet au 1er septembre 2022

Pour vivre cet été.

EDito : Qu’allons-nous faire de cet été ?

   Les vacances : un temps de grâce et de rencontre.

« Venez-vous reposer un peu » dit Jésus à ses disciples, alors qu’ils reviennent de mission et que la foule les assaille et ne les laisse pas en paix. Jésus les invite à se retirer pour se reposer et refaire leurs forces.

Le temps des vacances arrive comme un temps qui nous est donné pour refaire nos propres forces. De manières diverses au cours d’une année de travail nous nous dépensons sans avoir toujours le temps de prendre vraiment du repos. Le temps vacances d’été est le plus long de l’année. Il nous permet de nous refaire véritablement.

Refaire nos forces pour servir.

Nous sommes appelés à servir, à donner dans tout ce que nous faisons. Un chrétien, c’est celui qui marche à la suite du Christ dans tout ce qui fait sa vie. Que ce soit au travail, dans les loisirs ou en famille, nous sommes appelés à suivre le Christ en servant. Tout est important pour un chrétien parce que le Christ nous appelle partout où nous vivons. Cela demande de l’énergie parce qu’il s’agit de donner. Mais nous ne pouvons donner que ce que nous avons reçu. C’est pour cela qu’il est important de nous ressourcer sinon nous nous épuiserions. Le temps des vacances est donc le bienvenu. Il nous est donné pour faire le plein à tous les niveaux.

Revenir à la source.

             Le temps du repos nous amène à prendre davantage conscience de ce que nous sommes. Ce faisant, nous revenons à la source de notre vie. Lorsque nous avons la joie de contempler les beautés de la nature, en nous promenant dans la campagne ou en marchant au bord de la mer, nous sommes mis en présence du créateur qui nous comble de ses biens. Nous prenons conscience que ce n’est pas un Dieu lointain, ou simplement un architecte ou un horloger au sens de Voltaire qui nous a donné ce qui existe. Non. Nous faisons l’expérience de ce Dieu tout proche dont nous parle la bible.

Dieu nous a parlé en Jésus. Il nous parle sans cesse par lui. L’Ecriture sainte est à notre disposition. Puissions-nous pendant les vacances ouvrir davantage notre Bible pour découvrir ce Dieu qui nous invite à le laisser entrer. Les vacances peuvent être l’occasion de lire tel ou tel livre qui nous permettra d’approfondir notre connaissance de Dieu ou de témoins qui ont vécu de Lui. Ceux-ci pourront fortifier notre foi et nous donner de la force lorsque nous nous sentons découragés.

Pendant les vacances, nous disposons davantage de notre temps, puissions-nous l’utiliser pour vivre les temps de prière proposés par l’Eglise. Les vacances sont aussi des temps de visite et de propositions en tous genres. Puissions-nous choisir ce qui peut nous aider à grandir dans notre relation à ce Seigneur qui marche avec nous.

Faire les bons choix.

            Le temps des vacances passe vite. Nous ne pourrons pas tout faire. Il importe que nous soyons maîtres du temps qui nous est donné. Pour ne pas nous laisser emporter contre notre gré, demandons-nous quels choix nous avons à faire pour ne pas nous disperser mais nous ressourcer vraiment. Ainsi nous ne gaspillerons pas notre temps. Mais nous en ferons un temps plein et utile. Un temps donné comme un cadeau pour Dieu et les autres.

                                                      Père Louis Deschamps ( Diocèse de Coutance)

Messes des 18 et 19 juin pour la Fête Dieu

Messes 18 et 19 juin 2022

Samedi 18 – 9 h 30 à la chapelle de Salsignac (Fête du pain)

Samedi 18 – 18 h 00 – Saignes

Dimanche 19 – 9h 30 – Ydes Centre

Dimanche 19 – 11 h 00 – Bort-Les-Orgues

Dimanche 19 – 11 h 00 – Champs ( + baptême)

Dimanche 19 – 17 h 00 – Sanctuaire Marial de la Font Sainte (Montée de la Vierge des Montagne à 15 h 00 depuis BECHADOIRE)

Homélie de Mgr NOBLOT pour la Solennité de Notre Dame des Miracles à Mauriac

Dimanche 15 mai 22, Notre Dame des Miracles, 5ème dimanche de Pâques

Marie, modèle de l’amour de Jésus

Parfois on se demande ce qu’est un chrétien ? Le baptême, la prière, la rencontre de Jésus et bien d’autres dimensions nous font chrétiens, mais comme vous le savez on ne nait pas chrétien on le devient jour après jour, c’est peut-être cela le grand miracle pour un baptisé, passer sa vie à devenir chrétien. Pour cela nous avons la feuille de route : « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »

Dans ce sens et en ce commencement de la semaine mariale, je voudrais nous redire combien Marie, à la suite de Jésus, est la figure de l’amour qui aime comme Jésus aime. Il en va de notre crédibilité de chrétiens pour que d’autres aient la joie de croire.

Marie Notre Dame du OUI, c’est le grand épisode de l’Annonciation. Marie ne marchande pas. Elle accueille avec gravité et joie la mission que lui propose son Seigneur. Ce sera OUI, et un OUI renouvelé chaque jour. Où en sommes-nous de nos fidélités ? A qui, à quoi, aujourd’hui disons-nous OUI ? Avec nos talents, nous participons à rendre ce monde plus cohérent avec le royaume de Dieu. En ce sens, réaliser au cœur de cette semaine la fresque du climat, manifeste la volonté des baptisés de vivre la conversion écologique pour laquelle l’Eglise, avec d’autres, se mobilise.

Marie Notre Dame de la quête de Jésus, c’est la recherche au temple, au retour du pèlerinage à Jérusalem. La vie chrétienne est aussi une recherche de Dieu. Par notre vie de prière, par la méditation de la Bible, par les sacrements et le service des autres, nous cherchons Dieu. Là aussi, une semaine mariale est un temps fort de notre vie de baptisés.

Marie Notre Dame de l’intercession, c’est le mariage de Cana : « faites tout ce qu’il vous dira. » En effet, une vie de baptisé n’est pas une vie pour soi mais une vie avec et pour les autres. En plein mariage, Marie se soucie des autres et envoie vers son Fils. A chaque messe, nos prières universelles nous engagent et nous rendent responsables de traduire en actes les intentions formulées.

Marie Notre Dame du don, qui pleure son Fils mais qui prends dans ses bras tous ses enfants dans l’accueil de St Jean « mère voici ton Fils », Marie en ce jour du Golgotha devient la mère de l’Eglise. Vous en avez fait l’expérience dans la vie Chrétienne, il s’agit bien de don, mais moins de donner quelque chose que de se donner soi-même. On joue à qui perd gagne. Ce n’est pas ce qui est gardé qui fait vivre. C’est bien ce qui est donné.

Marie Notre Dame de l’Annonce joyeuse de la foi au matin de Pentecôte. « La joie de l’Évangile qui remplit la vie de la communauté des disciples est une joie missionnaire. Les soixante-dix disciples en font l’expérience, eux qui reviennent de la mission, pleins de joie » EG n° 21 La joie est le don de la foi. Ce ne peut être que dans la joie que nous annonçons Jésus. Une joie de se savoir aimés. Joie paradoxale des béatitudes, mais joie imprenable.

Le monde a besoin de témoins d’amour qui, en paroles et en actes, montrent que Jésus aime chacun quel que soit son parcours ; en cela, se déploie le miracle de la foi. Que Notre Dame, aujourd’hui et toujours, nous inspire d’aimer comme Jésus. AMEN

Espérance et Vie

Au cœur de la semaine sainte à Ydes, Mgr Noblot rencontrait 6 personnes veuves désirant rejoindre le Mouvement espérance et vie.

Espérance et vie est un Mouvement chrétien pour les premières années du veuvage et l’accompagnement des veufs et veuves tout au long de la vie. Le veuvage est un choc, un drame et constitue un nouvel état de vie. Pour les uns la foi chrétienne est un soutien essentiel, pour d’autres, la révolte et l’incompréhension envahissent toute la vie et cela demande de revisiter sa foi.

Ce mouvement a plus de 70 ans d’existence. Alors que la seconde guerre mondiale ne compte plus ses victimes, de jeunes veuves de guerre parisiennes (entre 24 et 38 ans) décident de se réunir régulièrement pour tenter de faire face à leur nouvel état de vie, dans la fidélité à leur foi, en s’épaulant mutuellement.

Actuellement, le mouvement est devenu Espérance et Vie Mouvement chrétien pour les premières années du veuvage et l’accompagnement des veufs et veuves. Des liens d’amitié se tissent et une spiritualité du veuvage y est vécue. Les veufs et les veuves restent dans le mouvement le temps qui leur est nécessaire.

L’équipe est donc lancée à Ydes, comptant déjà 6 membres. Les rencontres permettent d’échanger, de s’entraider et d’approfondir sa foi dans un climat de confiance et de convivialité. Prochaine rencontre à Ydes le samedi 7 mai à 14h, 13 place de la liberté, suivi de la messe à 16h30 à Ydes.

La prochaine rencontre nationale du mouvement aura lieu à Lourdes
les 1er, 2 et 3 octobre 2022, sur le thème « Veuves, veufs, ENSEMBLE, PORTONS L’ESPERANCE »