HOMELIE VEILLEE PASCALE 2022

Quel bonheur ! Quelle joie ! Quelle Espérance ! Et quelle aventure !

Quel bonheur ….. d’être rassemblés tous ensemble ce soir pour cette veillée pascale….. avec Lucien et Aaron qui seront baptisés tout à l’heure.

Oui, quel bonheur !  Nous entendons ce soir cette acclamation : « Peuple de baptisés, marche dans la lumière, le Christ est ressuscité ! Alléluia, Alléluia ! » Chers frères et sœurs, en cette nuit très sainte et solennelle, le Christ nous invite à marcher dans sa lumière. Eclairés par cette lumière pascale, nous sommes dans cette église pour célébrer la Pâques du Seigneur. L’Eglise nous a invité  à exulter de joie, à chanter à pleine voix et de tout cœur la résurrection de notre Seigneur Jésus Christ ! Oui, « qu’éclate dans le ciel la joie des anges ! Qu’éclate de partout la joie du monde ! Qu’éclate dans l’Eglise la joie des fils de Dieu ! »  Le Christ est ressuscité, Alléluia !

Quelle joie ….

Oui, quelle joie ! Toute la liturgie avec les textes de la Parole de Dieu que nous venons d’entendre en cette veillée pascale révèle Dieu et son action pour l’homme : – Il a créé le monde par amour. C’est la révélation du livre de la Genèse : « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. »

 Dieu s’est révélé aux fils d’Israël comme le Dieu libérateur. Il nous libère de toutes nos angoisses, de tout ce qui pèse sur nos épaules, de la servitude et de la mort : « J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte, et j’ai entendu ses cris sous les coups des surveillants. Oui, je connais ses souffrances. Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens ». Et « Israël a vu avec quelle main puissante le Seigneur avait agi contre l’Egypte ». – Le Seigneur s’est révélé à l’homme comme le Dieu de l’Alliance qui invite à la conversion : « Que le méchant abandonne son chemin, et l’homme perfide, ses pensées ! Qu’il revienne vers le Seigneur qui lui montrera sa miséricorde, vers notre Dieu qui est riche en pardon » (3e lecture).  Dieu se révèle enfin, comme le Dieu de la vie et non de la mort : « Si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous dit l’apôtre Paul, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui ». Et par  sa résurrection, le Christ a dépossédé la mort de son emprise et nous a introduits dans la vie de Dieu.

Alors, oui, Quelle espérance !

Oui, quelle espérance ! La résurrection de Jésus, nous l’avons entendu dans l’Evangile  devient  le mystère central de notre foi. Mystère que nous sommes conviés à proclamer à chaque célébration eucharistique : « Nous annonçons ta mort Seigneur, nous proclamons ta résurrection et nous attendons ta venue dans la gloire ! » C’est désormais à la lumière de la résurrection que nous comprenons la vocation de tout baptisé, appelé à bannir toute peur et toute crainte et à ouvrir grand la porte de notre cœur : « Pourquoi cherchez- vous le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, il est ressuscité… »

  Et dans l’Evangile de ce soir, les femmes qui ont entendu la Bonne Nouvelle de la résurrection de Jésus, se sont empressées d’annoncer cette bonne de la résurrection de Jésus. Oui, la mission de tout baptisé, c’est d’annoncer à tous les hommes que Jésus est vivant et « qu’il est Seigneur, à la gloire de Dieu le   Père.»

Quel bonheur, quelle joie, quelle espérance et quelle aventure !

Je le redis : la mission de tout baptisé, c’est d’annoncer à tous les hommes que Jésus est vivant et « qu’il est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.»

Lucien et Aaron, vous êtes une grande joie pour notre communauté paroissiale et pour la grande Eglise de Jésus Christ, ce peuple des rachetés, des sauvés. Votre baptême que vous allez vivre maintenant nous rappelle ce que nous sommes réellement : nous sommes re-nés (refaits de la tête aux pieds) dans le Christ. Oui, « dans sa grande miséricorde, Dieu nous a fait renaître pour une vivante espérance grâce à la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts. » Lucien et Aaron, votre baptême va rehausser notre joie pascale. Car vous nous rappelez que si par notre baptême « nous sommes morts avec le Christ, avec lui nous vivrons. »

 Lucien et Aaron, nous vous remercions de nous donner cette joie et notre prière vous accompagne pour que vous soyez des chrétiens dignes de ce nom, courageux, costauds, intrépides, capables d’apporter du sang neuf à notre communauté et à toute l’Eglise et non pas des chrétiens lambda, mous, …..

 Soyez accueillis et prenez rapidement toute votre place dans notre communauté paroissiale.

Alors, frères et sœurs, comme autrefois, nous sommes rejoints en cette nuit par le Ressuscité au bord du tombeau de nos peurs, de nos angoisses, de nos soucis. Nous faisons l’expérience unique de cette rencontre. Il nous rejoint, « nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus »  et il nous annonce la bonne nouvelle de sa résurrection. Ne nous replions pas sur nous-mêmes et arrêtons de dire que nous sommes  des vieux, des angoissés…  mais réjouissons-nous, car nous sommes « vivants pour Dieu en Jésus Christ. »

Oui, rendons grâce à Dieu le Père qui nous donne la plus grande preuve de son amour en cette nuit en ressuscitant son Fils et nous avec lui.

Au Christ ressuscité, « au roi des siècles, Dieu immortel, honneur et gloire pour les siècles des siècles ! » Amen ! 

                                                            Michel MALVEZIN

Campagne Denier de l’Eglise 2022

Le Cantal, terre de sainteté…

« Il faut aussi de la générosité
parce qu’il y a plus de bonheur
à donner qu’à recevoir »

(Actes des apôtres 20, 35).

Comme tous les ans, le dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur a été l’occasion de lancer la campagne du Denier de l’Eglise pour les diocèses de France. Chez nous, nous continuons le parcours entamé l’année dernière avec les grandes figures fondatrices du diocèse de Saint-Flour.

Cette année, accompagnés de saint Flour, saint Géraud, sainte Fleur et la bienheureuse Catherine Jarrige, nous allons découvrir 13 autres figures du Cantal qui ont été appelées à la sainteté. 

En effet, le Cantal est marqué par la présence de nombreux saints et bienheureux qui ont marqué l’histoire du diocèse. Leur exemple nous inspire aujourd’hui et nous sommes invités, à leur suite, à poursuivre notre mission de chrétien sur ce chemin de sainteté. 
En marchant à la suite des Saints de notre diocèse, nous redécouvrirons ou découvrirons le don de leur vie, leur part de confort matériel mis en sacrifice, leur générosité de cœur au service des prêtres et des fidèles de notre diocèse. 

Procurez-vous le dépliant/poster des 17 saints et bienheureux du Cantal ainsi que le livret « Ils ont servi l’Eglise du Cantal ». Vous les trouverez au fond des églises de la paroisse. 

Dans le Doyenné de Mauriac :

Sainte Théodechlide (vers 560) : fille ou petite fille de Clovis et fondatrice du pélerinage Notre Dame des Miracles.

Saint Till (vers 700) : Ermite

Bienheureuse Catherine Jarrige 1836) : Menette

Comme ces saints, offrons notre part matérielle, soyons disposés à des renoncements, et par votre don au Denier, aujourd’hui comme hier, aidons l’Église à annoncer l’Évangile.

La sainteté à portée de cœur

« Une de mes grandes joies, en parcourant les routes et les chemins du Cantal, est de constater combien cette terre est une terre de sainteté. Il y a les grandes figures fondatrices du diocèse : saint Flour, saint Géraud, sainte Fleur et d’autres à découvrir ou à redécouvrir. Ces frères et sœurs dans la foi nous invitent à entendre nous-mêmes l’appel à la sainteté.

Les saints nous enseignent un chemin possible mais exigeant. Cela dit, il ne faut pas suivre les saints pour tenter d’imiter leur vie. Bien plus, il s’agit de recevoir d’eux l’émulation suffisante pour emprunter joyeusement le chemin de sainteté qui nous est propre. Dans les circonstances, parfois douloureuses de leur époque, ils se sont laissé gagner par la « fraîcheur de l’Evangile » et par sa nouveauté. Les saints nous invitent à une bienveillance qui s’accomplit en bienfaisance. La vie des saints nous montre comment passer du bien voir au bien faire. 

Comme le rappelle le théologien Robert Scholtus, « Non, la sainteté n’est pas un état d’exception ! » A la suite des saints de tous les temps et de tous les lieux, à la suite des saints du Cantal, la sainteté est un appel à tous. 

Participer à la collecte du denier de l’Eglise, c’est permettre à cette terre du Cantal d’être aujourd’hui et demain, une terre d’amitié et de sainteté à portée de cœur, à portée de tous. »

+ Didier NOBLOT,
évêque de Saint-Flour

Participez à la campagne du Denier de l’Eglise !

Le plus simple : un chèque à l’ordre de « Association Diocésaine de Saint Flour » Denier 2022

Evêché de Saint Flour – 3, rue de la Frauze – B.P. 20

15103 Saint Flour CEDEX

Discours de Mgr Eric de MOULINS-BEAUFORT à Lourdes le 8 avril 2022

Discours de clôture de la session de printemps des évêques de France à Lourdes le vendredi 8 avril 2022 .

Discours de Monseigneur Eric Eric de MOULINS-BEAUFORT, archevêque de Reims et Président de la Conférence des Evêques de France.

« Dimanche, après-demain, sera jour d’élection présidentielle dans notre pays. Les enjeux en sont grands, l’issue est incertaine. Mais ce dimanche est surtout pour nous celui des Rameaux. Nous tous baptisés allons acclamer le Seigneur qui entre dans Jérusalem. Il est le roi, le seigneur de nos âmes. Lui seul est digne que nous lui attachions notre liberté. Lui seul est le roi doux et humble, qui monte monté sur un âne. Devant lui toute puissance politique se trouve relativisée, non pas humiliée, non pas détrônée, mais mise à sa place. Dimanche, nous n’élirons pas un sauveur de la France, ni un messie, ni quelqu’un qui devrait incarner tout le bien à faire. Nous aurons à choisir un responsable politique, homme ou femme, celui ou celle qui aura à conduire notre pays dans les temps toujours incertains où l’humanité avance, dans ces temps spécialement incertains de fractures sociales, de crise sanitaire, de crise écologique, de guerre toujours possible. Il n’aura pas la solution à tout, il ne pourra pas empêcher toute immigration, il ne saura pas inventer l’énergie infiniment renouvelable, transportable, efficace. Il ne pourra pas non plus changer les cœurs. Il aura à nous conduire tous, sur la moins mauvaise voie possible, en cherchant, selon ce que préconise le texte du conseil permanent à propos des élections, en cherchant à renforcer notre élan collectif pour choisir de vivre ensemble en paix. Vivre cela n’est pas établir le Royaume des cieux, c’est le symboliser, et c’est déjà s’orienter, le sachant ou non, le voulant ou non, la réconciliation en Dieu.

Il y a un siècle cette année, le 2 mars 1922, le pape Pie XI confirmait Marie, dans le mystère de son Assomption, patronne principale de la France, et sainte Jeanne d’Arc, patronne secondaire. Il y a 80 ans, le 23 août 1942, le cardinal Saliège, archevêque de Toulouse, pourtant perclus par la maladie, à moitié paralysé, publiait sa lettre pastorale sur la personne humaine, alors que le régime de Vichy avait publié les lois antijuives et contribué aux rafles des nazis. Des personnes courageuses ont distribué ce texte dans les paroisses du diocèse pour qu’il soit lu en chaire. Dans une telle parole, dans de tels actes, nous percevons la France, notre pays, dans ce qu’il a de meilleur et de vrai, dans sa vraie liberté. Un chercheur, spécialiste des violences de masse, Jacques Semelin, a étudié ce qui a rendu possible que les deux-tiers des Juifs de France échappent à la solution finale. Quelques-uns ont été sauvés par des Justes, conclut-il, beaucoup, en fait par eux-mêmes, mais ils ont pu le faire parce que quelqu’un, pas toujours mais souvent, un baptisé, leur a ouvert une porte, offert un déjeuner, plus simplement encore les a laissé passer sans rien dire ni rien voir.

Là se perçoit l’âme chrétienne de notre pays, façonnée par la charité, qui reconnaît le Christ dans toute détresse, le Christ Jésus qui, non seulement est entré dans sa création, mais qui, selon le mot de saint Paul, « s’humilia plus encore » (Ph 2), et celui du bientôt saint Charles de Foucauld qui nous a été commenté, est le Christ de l’abjection, celui qui dût se cacher ; dans une telle parole et de telles actes vibre la sainteté ordinaire qui se consume au jour le jour dans le don de soi et se tient prête à se donner tout d’un coup lorsqu’il le faut ; la sainteté ordinaire et extraordinaire qui sait se faire hospitalité lorsqu’il le faut. Il me faut le dire encore : l’âme du cardinal Saliège était indemne de tout antisémitisme et il y a encore trop d’antisémitisme, caché ou non, dans notre pays ; le Christ de l’abjection, il pourrait être dans des personnes âgées qui sentiraient peser la pression de l’euthanasie si celle-ci était un jour légalisée. il est déjà dans les migrants clandestins ou non que notre Etat et, plus généralement, notre société ont du mal à accueillir comme des frères et sœurs en humanité traite comme des délinquants. Le 15 août prochain, nous pourrons rendre grâce à Dieu pour la protection de notre Dame sur notre pays et en renouveler la consécration, en suppliant pour que de nombreux Saliège ou Théas se lèvent, de nombreuses Thérèse Dauty, lorsqu’il le faut. Et nous reconnaissons volontiers l’œuvre de Dieu en tant de non-chrétiens ou de peu chrétiens qui savent aussi trouver le geste ou la parole qui amènent de la vie et de l’amour là où la peur et la haine pourraient l’emporter. Notre pays ne se définit pas par la nostalgie de ses grandeurs passées, il ne se grandit pas en prétendant s’entourer de murs, il ne se grandirait pas non plus s’il en venait à renoncer à accompagner les êtres humains jusqu’au bout de leur vie en les entourant de fraternité au profit d’une mort prétendument douce. Notre pays est vivant lorsqu’il porte au milieu des nations la voix du respect de toute personne humaine et de l’espoir de pouvoir nouer une alliance avec elle. »

Horaires de la Semaine Sainte

Horaires du mardi saint au dimanche de Pâques;

mardi 12 – 18 h 00 : cathédrale de Saint Flour : Messe Chrismale

Jeudi 14 – 18 h 00 : église de Ydes Centre : Messe de la Cène du Seigneur avec lavement des pieds suivie d’un temps d’adoration au reposoir

Vendredi 15 – 15 h 00 : chemins de croix à Lanobre, Saignes et Bort-Les-Orgues

18 h 00 : célébration de la Passion à Bort-Les-Orgues

Samedi 16 – 21 h 00 : Veillée Pascale à Ydes Centre avec deux baptêmes de jeunes

Dimanche 17 : Saint Jour de Pâques

9 h 30 : Champs Sur Tarentaine et Lanobre

11 h 00 : Bort-Les-Orgues et Saignes avec deux baptêmes pendant la messe.

MESSES 2 et 3 avril 2022

Messes 2 et 3 avril 2022 ( 5ème de carême – Journée nationale du CCFD)

Samedi 2 – 16 h 00 : Champagnac

Samedi 2 – 16 h 30 : Saignes (Etape 3 confirmands)

Dimanche 3 – 9 h 30 : Antignac

Dimanche 3 – 11 h 00 : Bort-Les-Orgues (3ème scrutin pour les catéchumènes)

Dimanche 3 – 11 h 00 : Champs-Sur-Tarentaine